ARCHEOBASE : PHILOSOPHIE DU PROJET

     La démarche effectuée ici part d'objets archéologiques récoltés par l'auteur sur le terrain dans la région du Brabant Wallon, suite à cinq années de prospection. Les collections rassemblées, une fois inventoriées, dessinées et photographiées, font pour la plupart l’objet de publications dans des revues scientifiques, puis, suite à une sélection, sont exposées au public sur archeobase.be. D'autres pièces inédites ou conservées dans des musées, apparaîssent également sur le site. Progressivement, les espaces de l'Archéobase devraient se remplir de nouveaux éléments pour fournir, à terme, une base de données aux scientifiques et un support didactique pour les étudiants. Le site est en étroite collaboration avec les Musées communaux de Tubize et de Nivelles : il invite de fait le visiteur à (re)découvrir les musées régionaux. On y trouve de riches collections de Préhistoire, fruit de recherches menées principalement dans les années 1970-1980. Enfin, via Internet, la diffusion d'un héritage archéologique virtuel permet aussi de toucher rapidement un public plus large, potentiellement mondial.  

    Au-delà d'une mise en avant délibérée, il ne serait pas réaliste de concevoir la Préhistoire du  Brabant Wallon en tant que récit isolé. En fait, ce patrimoine s'inscrit dans la réalité plus vaste de la Préhistoire européenne, puisque la plupart des cultures anciennes évoquées ici se retrouvent parfois de l'Atlantique jusqu'au Danube. Par la mémoire des objets anciens, on approche les gens qui peuplèrent l'actuel Brabant Wallon il y a plusieurs milliers d'années. Autant que possible, nous souhaitons offrir au visiteur du site la possibilité d'avoir un rapport direct, didactique et esthétique avec les objets découverts. Cela reste difficile à réaliser dans un espace muséal réel. D'où, peut-être, un intérêt moins marqué pour ce genre de collections parmi le public le plus large. Nous proposons donc ici une vision novatrice et moderne d'un bout de Préhistoire, à travers la technologie aujourd'hui incontournable que représente Internet.

     In fine, nous souhaitons participer à l’Education et à la Science en informant tous les publics sur un patrimoine régional unique, non renouvelable et souvent méconnu. La mémoire collective appartient à tous. Sans valorisation, les témoins matériels des premières populations qui ont peuplé l'actuel Brabant Wallon risquent de sombrer dans l'oubli. Cela, nous contribuons à l'éviter ici, sous forme d'un musée virtuel, car la connaissance du passé humain permet aussi de préparer un avenir meilleur. 

----------------------------------